capricornes

Les coléoptères

L'ordre des coléoptères est celui parmi les insectes qui recèle le plus grand nombre d'espèces. Actuellement plus de 300 000 sont décrites, et on estime leur nombre à 1 500 000.

Leurs caractéristiques principales sont :

  • deux élytres cornés qui se juxtaposent au repos
  • pièces buccales broyeuses
  • métamorphose complète (holométabole)

C'est parmi l'ordre des coléoptères que l'on dénombres le plus grand nombre de xylophages. En France, vivent plusieurs centaines d'espèces d'insectes dont les larves se développent aux dépend du bois. Cependant, toutes ne nous intéressent pas au même degré pour diverses raisons : soit elles ne s'attaquent pas au bois d'oeuvre, soit elles sont rares.

Cerambycidae

Ce sont les "capricornes" dont une espèce a une importance économique considérable : Hylotrupes bajulus, ou capricorne des maisons.

Classification

Hylotrupes bajulus est un insecte de l'ordre des Coléoptères, appartenant à la famille des Cerambycinae, à la sous-famille des Cerambycidae et à la tribu des Callidini.

Morphologie

Long de 10 à 20 mm, Hylotrupes bajulus est noir ou brun de poix, plus rarement brun clair. Le thorax est couvert d'une pubescence claire et longue, moins abondante sur les élytres et les fémurs. Les antennes à onze articles drêles atteignent le milieu des élytres chez le mâle, et à peine le tiers chez la femelle qui possède un ovipisateur généralement saillant.

Nutrition

L'insecte, durant sa vie imaginale, ne se nourrit pas. La larve se développe dans les conifères secs. Elle cause de grave dégâts aux bois ouvrés, charpentes, planchers ou meubles. Elle a été, en outre, signalée dans le peuplier et le tamarix.

Historique

Hylotrupes bajulus appelé communément "capricorne des maisons" est considéré par les auteurs du XIXe siècle comme un insecte rare. En effet, ses exigences biologiques n'étaient qu'exceptionnellement réunies ( résineux secs, température relativement élevée).

Depuis 1945, la reconstruction puis le développement de l'habitat individuel exigèrent de grandes quantités de bois. Les feuillus traditionnellement utilisés en charpente ne purent satisfaire la demande. L'industrie du bois, en plein essor, fournit alors de grandes quantités de bois résineux à croissance rapide, qui pour des raisons de rentabilité, furent utilisées en totalité. Le bois parfait, duraminisé n'est pas attaquable par Hylotrupes bajulus. L'aubier, lui est vulnérable.

Biologie

En milieu naturel, la durée de cycle vital s'échelonne de trois à dix ans. La vie imaginale dure environ trois semaines pour le mâle et deux semaines pour la femelle. La seule fonction de l'adulte est la reproduction. Après un accouplement de trois minutes en moyenne, la femelle dépose dans les fentes du bois quelques dizaines d'oeufs de couleur blanche et de forme allongée. Les larves mettront de 15 à 21 jours pour émerger, puis s'enfonceront dans le support. La mortalité des jeunes est très importante.

Dégâts

Les dégâts restent invisibles durant le premier cycle puis se décèlent grâce à la présence de trous de sorties en surface. A ce moment là, de nombreuses galeries ont été creusées en profondeur, ce qui, au fil des ans, compromet gravement la solidité des charpentes et peut conduire dans certains cas à la rupture de pièces importantes.

D'autres Cerambycidae sont xylophages des bois mis en oeuvre, dont les genres Hesperophanes pour les feullus et Arhopalus pour les résineux. Il faut cependant noter qu'un nombre important d'autres espèces peuvent être rencontrées, mais de façon moins fréquente.

haut de page